Caïd bande son rap tracklist

“Caïd” Une série à la bande son énervée…

Le premier trimestre 2021 s’achève bientôt et les séries continuent de s’accumuler sur Netflix comme sur les autres plateformes de streaming… Sur le papier, “Caïd” la nouvelle série de Nicolas Lopez et Ange Basterga s’annonce prometteuse; du rap, des cités, une guerre de gangs, en gros tout pour nous faire suer pendant quelques minutes. Mais qu’en est-il vraiment ?

Le format

Caïd est une mini-série comportant 10 épisodes au format d’environ 10 minutes, de quoi se laisser tenter ne serait-ce que par curiosité. Autour de moi, j’entends souvent dire “J’ai pas le temps de regarder des séries etc”, ici aucune excuse, le format est idéal et c’est l’une de ses principales qualités.

Le matin avant d’aller travailler ou en cours, à 10h pendant ta pause clope ou sur le trône, à midi après avoir mangé etc il est facile de regarder un épisode quand on le souhaite tout comme de binge watcher cette série qui dure au final le temps d’un film.

La réalisation

Avec des GoPro fixées sur le torse et une caméra sur l’épaule, on peut arriver à un sacré résultat et ici ce found footage (filmé en vue subjective) est plutôt réussi même si beaucoup plus immersif dans le genre horreur comme dans les films “Projet Blair Witch” ou encore “Rec” qu’on ne présente plus. Avec un budget assez dérisoire, le long-métrage éponyme sorti en 2017 avait reçu le premier prix du 22ème festival de Cognac et a donc réussi à séduire Netflix qui a décidé de l’adapter en série par la suite.

Pour rappel, on y suit à la première personne un réalisateur et son caméraman (Sébastien Houbani et Julien Meurice) venus tourner un clip de rap dans un quartier sensible du sud de la France pour un rappeur dénommé Tony, joué par Abdramane Diakité. Cependant tout ne va pas se passer comme prévu et les deux protagonistes vont très vite se retrouver malgré eux au milieu d’un règlement de comptes entre cités rivales.

Si la tension est palpable tout du long et qu’on n’a peu de temps pour s’ennuyer, si ce n’est pendant les échanges avec le camé de la bande adverse (joué par un Idir Azougli survolté prenant son rôle au sérieux mais trop stéréotypé et déjà exploité maintes et maintes fois), le final est trop vite expédié et laisse au spectateur le choix de se faire sa propre interprétation. Est-ce une bonne initiative ? Oui et non, car à la fois on s’en souvient par la déception et le questionnement mais ça nous laisse également sur notre faim…

L’écriture et les acteurs

Pour résumer, le scénario est pauvre mais plutôt bien exploité même si on peine à croire que tout ça se passe en seulement 3 jours de tournage, les rôles sont surjoués et très clichés et certains acteurs n’ont aucune prestance devant la caméra, ce qui peut s’expliquer par le mélange d’acteurs pros et amateurs. Toutefois, on peut se consoler en se disant qu’on a vu bien pire.

Le plus triste, ce sont surtout les dialogues qui ne volent la plupart du temps vraiment pas haut. A croire que dans les quartiers, presque personne ne connaît le respect et ne sait s’exprimer correctement ! “Arah” et “fils de pute” sont probablement les mots les plus employés, la bonne carricature du gars de cité à son paroxysme.

La scène avec le daron du quartier arrive comme un cheveu sur la soupe et tente de relever le tout avec de belles paroles sur le discours que devrait porter Tony sur la rue, plutôt que de faire le voyou, de glorifier le trafic de drogues et de donner un mauvais exemple aux plus jeunes… En somme rien de nouveau qu’on ait déjà vu dans ce genre de séries/films.

Il faut aussi noter que l’image des labels est fortement salie, on ne va spoiler mais c’est à se demander si celui qui charge nos deux réal’ de tourner le clip n’est pas un caïd sans foi ni loi également. En même temps, précisons qu’il ne s’agit pas d’une série sur le rap comme peut l’être “Validé”, mais c’est tout de même dommage…

La bande son

Vous l’aurez compris à la lecture de cet article, “Caïd” ne m’a pas mis une grande claque mais ne pas pour autant tant déçu non plus. La bande son y est pour beaucoup, car qu’on se le dise ça apporte vraiment un plus à un film ou une série, et ici c’est fortement validé. En effet, quand du Niro retentit avec le son “FTM” dès les premières minutes et qu’il y a en plus 3 sons de ce dernier, ça suffit pour persuader ma petite personne et normalement en faire de même pour tout amateur de rap.

Naps série Caïd
Naps en studio dans la série Caïd

Ajoutez à ça du Charles Aznavour, du Rimkus, du Ninho, du Sch, du Soso Maness, une rappeuse (également actrice ici) plus méconnue du nom de Ossem, Kid aka Tony le rappeur de la série, Emile Chevrin ou encore l’inédit “Le ptit marseillais” de Naps, qui figurera sûrement sur son prochain album “Les mains faîtes pour l’or” et qui fait même un petit caméo, sans oublier le classique “Belsunce Breakdown” de Bouga et vous savez à quoi vous attendre en lançant “Caïd” disponible sur Netflix depuis le 10 mars et déjà numéro 1 sur la plateforme.

Conclusion : Que vaut la série “Caïd ?

Avec du bon comme du moins bon, “Caïd” est une petite série sans prise de tête, un peu à la manière de “Lupin”, qui arrive à nous divertir et c’est tout ce qu’on lui demande. Alors si tu fais partie des rares personnes à ne pas avoir tenté l’aventure, lance un ou deux épisodes et laisse toi emporter dans ce dangereux tournage où l’adrénaline et la passion sont les deux seuls boosters de Frank et Thomas parmi cette bande de caïds prêts à tout…

On espère cependant que Netflix ne va pas surfer sur tout ce qui parle de rap, mais en voyant le dernier synopsis de la série “Christmas Flow” avec Tayc, on a de quoi douter ! “Quand un rappeur et une journaliste que tout oppose se rencontrent, la magie de Noël opère !”, j’ai encore mal au rap en écrivant ces lignes.

3/5
Total Score
  • Format
    4/5 Bon
  • Réal
    3/5 OK
  • Acteurs et écriture
    2/5 Mauvais
  • Bande son
    4/5 Bon
Total
0
Shares
5 2 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
T'en veux plus ?